COLLECTION SPRING/SUMMER 2018

« LES SOEURS BOUDOIRS »

Re-Street: Un Retour à la vie d’aujourd’ hui, un retour à la vie moderne. Renaissance: Une époque qui renaît dans un monde différent de celui-ci. La transition d’un corps du passé à un corps du présent. Cette collection vous présente la renaissance de femmes à l’époque où les boudoirs étaient des lieux de vie. Ce seraient des femmes originaires du sud qui referaient un retour à la vie Parisienne. Chacune avec sa personnalité bien à elle ainsi que sa propre histoire. Elles sont 6 sœurs. Les 6 sœurs Boudoirs. Ces filles aux beautés sauvages traversent les décenies et renaissent dans ce vieux boudoir bravant les siècles. Chacune avec sa propre personnalité. Ainsi : « La Bohème » est représentée par la plus jeune femme; elle incarne un colibri qui s’est échappé de sa cage ouverte, l’attitude légère, aussi libre que l’air. La femme la plus mure est «La venimeuse» deçue par l’amour et ses désillusions; son coeur sera d’un poison si fort que tout homme essayant de l’approcher mourra empoisonné. «La Précieuse » est la plus froide et la plus timide de toutes, son coeur est aussi pur qu’un cristal et ces yeux aussi perçants que le bleu de la planète Uranus. « La Cannibale » aux allures vampiriques est la plus obscure de toutes. Elle se nourrit des hommes. Trompée dans son passé elle a soif de vengeance. Une légende mystique renaîtrait par ces robes aux allures de sculptures. Les transparences, les plissés, les broderies donneront à ces matières nobles une vraie histoire ainsi que les symboles de ce que l’on peut ressentir au plus profond de nous; des sentiments tel que l’amour, le rêve, le regret et le danger. Les filles se baladeraient à leur guise dans les boudoirs parisiens tout comme dans leurs jardins du Sud .

Re-Street: A return towards nowadays life, a return to modern life . Renaissance: A reborn period to our age, different from the original time. The transition from a body of the past to a body of the present . This collection presents the rebirth of women at the time when women sanctum were places of life. These women with southern origins coming back to Paris way of life. Eachof them with her own personality and her own story. There are 6 sisters. The 6 Sanctum sisters .These girls with wild beauties go through the decades and are reborn in this old women sanctuary bravely facing sigles. Each with her own personality. This: «La Bohème» is represented by the youngest woman; she embodies a hummingbird that escaped from its opend free cage, with flyghty attitude, free like the air. «The Poisoner» is the most mature woman disappointed by Love and its disillusions; her heart will be a so trong poison that every man who tries to approach her will die poisoned. The «Prelate» is the coldest and most timid of all. Her heart is as pure as a crystal and her eyes are as piercing as the Uranus blue planet color. «The Canibal» with her vampire-like attitudes is the darkest of all. She feeds on men. Deceived in her past she thirsts for revenge. A mystical legend would emerge from these dresses with sculptures attitudes. . The transparencies, the pleats, the embroidery will give a real story to these noble materials, symbols to what we can feel deep within us. Feelings like love, dreams, regret and danger. The girls would wander as they pleased in the Parisian sanctuarys like in the Original Southern gardens.

 

 

 

Photagrapher: Nicolas Larrière STYLIST: MARGAUX AVILA-PONCE MAKE-UP: Marianne Salagnat Julie Hoyez MANNEQUINS: Alysson Corteggiani, Keiera CY, Léa Gouaux, Sonnya Kova, Linda Cormier VIDEASTE: Justin Prinz Les 6 sœurs Boudoirs.

 

https://www.youtube.com/watch?v=sz5qwOWDfco

 


 

 

 

EDITO

SECRET GARDEN

Photagrapher: Nicolas Larrière STYLIST: MARGAUX AVILA-PONCE Make-UP: Marianne Salagnat Julie Hoyez MANNEQUINS: Alysson Corteggiani, Keiera CY, Léa Gouaux, Sonnya Kova, Linda Cormier VIDEASTE: Justin Prinz

Dans ces jardins, je les ai vus ces paradis artificiels. D’une transparence limpide je voyais en ton regard l’oeil du serpent endormi et la légèreté d’un oiseau sortant de sa cage pour prendre son envol. Quelque chose d’étrange se passait dans ces jardins brumeux, Quelque chose de surréaliste et mystique. «A l‘aurore aux doigts de rose»*, cette magie se réveillait, au crépuscule elle s’évanouissait.

« Comme les anges à l’oeil fauve,

Je reviendrai dans ton alcôve

Et vers toi glisserai sans bruit

Avec les ombres de la nuit,

Et je te donnerai, ma brune,

Des baisers froids comme la lune

Et des caresses de serpent

Autour d’une fosse rampant.

Quand viendra le matin livide,

Tu trouveras ma place vide,

Où jusqu’au soir il fera froid.

Comme d’autres par la tendresse,

Sur ta vie et sur ta jeunesse,

Moi, je veux régner par l’effroi. « 

`C.BEAUDELAIRE